Orfèvres et Donneurs, 2015

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Intentions d'artiste

 

L’inspiration de la série « Orfèvres et donneurs » trouve sa source en partie dans un texte d’Isabelle Paré, : « Dans les coulisses du don d’organes.  D’heure en heure, une aventure humaine et médicale» Le Devoir, 22 novembre 2014 http://www.ledevoir.com/societe/sante/424673/dans-les-coulisses-du-don-d-organes#. Cette lecture frappe notre imaginaire de plein fouet. Nous sommes happée par ce récit qui prend l’allure sous la plume de l’auteure, d’une épopée héroïque du monde ordinaire. Comme l’indique le titre, heure par heure la journaliste nous fait vivre une situation de don d’organes. Maxime, le protagoniste, vient de mourir et ses organes, destinés à sauver d’autres humains, sont retirés de leur enveloppe. Est-ce le choix de sa famille ou le sien...? Le récit ne le dit pas. Quoi qu’il en soit, on se projette dans cette aventure et l’on imagine très bien la douleur, le drame. Prendre la mesure du geste et du processus par lesquels passe la famille nous touche plus que nous l’aurions cru. L’impact de cette lecture ne tarde pas à s’immiscer dans la réflexion plastique. L’anecdote, occupant de plus en plus d’espace mental, devient impossible à écarter tant le lien à faire entre les explorations esthétiques déjà entreprises et le récit est éloquent. Dès lors, il faut trouver l’essence de cet acte bien personnel, tenter de l’incarner en retournant à une dimension intimiste de l’œuvre et choisir de travailler sur la « matérialité » de la représentation. Les petits formats semblent appropriés. Créer des miniatures portant le titre de « Orfèvres et Donneurs » inspirées de nos séries des  "Papiers Incrustés"  et des " Miniatures profanes". Transcender l’insensé et l’inéluctable pour mieux célébrer la générosité d’une part, et d’autre part, la régénérescence de la vie. Cette idée s’illustre par le papier taillé avec délicatesse et doigté, comme le « chirurgien orfèvre » le fait avec le corps qui lui est confié pour en sauvegarder l’essence. Les corps sont représentés tout en douceur par le dessin, creusés, puis incrustés d’organes modelés et rehaussés de feuilles d’argent véritable. Quant aux motifs de feuilles de chêne à la fois réels, numérisés et imprimés, ils agissent comme symboles de longévité et représentent les multiples vies pouvant être sauvées par un seul donneur. Ainsi, face à la froide finalité, apparaît l’option de la douceur dans une représentation qui se veut apaisante. Comme une ode, illustrée virtuellement et tangiblement, en hommage, comme nous le disions, à cette épopée héroïque du monde ordinaire. Le risque de ne pas investir intensément la portion d’éternité qui nous est impartie devient un moteur puissant de dépassement de soi. C’est ce que nous inspire cette aventure et c’est également la raison pour laquelle nous avons, à la fin de la réalisation de ces œuvres, signé notre propre accord au don d’organes.

 

 

 

 

 

© 2016 - 2020  Lorraine Camiré